Une très belle exposition

Une très belle exposition

L’école de Berck au musée de Berck-sur-Mer

Superbe petit musée de Berck-sur-Mer ! Les sublimes tableaux qui représentent le quotidien des marins, les portraits de pensionnaires de l’asile maritime de Berck signés Tattegrain et Roussel, sont un enchantement.
Grâce à la nouvelle ligne de chemin de fer Paris-Calais, mais aussi à l’invention du tube de peinture qui leur permet de quitter leur atelier, les artistes parisiens mettent le cap sur la Côte d’Opale. Berck n’est plus qu’à trois heures de la capitale !  Ils seront ainsi plus d’une centaine à poser leur chevalet sur la plage, entre 1870 et 1915. Quatre ans après le passage d’Édouard Manet en 1873, un petit groupe de peintres se constitue sur la plage de Berck autour de Ludovic-Napoléon Lepic, “le Patron”, et pratique en sa compagnie la peinture de plein air. Avec eux, naît la fameuse” École de Berck” !
Une exposition a ne pas manquer au Musée de Berck, elle se termine début Novembre 2019.

Musée d’Opale-Sud – Berck-sur-Mer

© La ramasseuse,d’épaves – Francis Tattegrain (1852_1915) – Datée de décembre 1880, cette toile se trouvait dans le musée Tattegrain rue de la Faisanderie à Paris, jusqu’à sa fermeture en 1966. Le sujet est repris pour La femme aux épaves du salon des artistes français de 1881, aujourd’hui au musée de Boulogne-sur-Mer. La composition annonce celle du célèbre “Père Jacques”, ployant sous son fagot, du Jules Bastien-Lepage (1882) – Huile sur toile.

Dans son habituelle composition surbaissée, Trigoulet met en scène un sujet qu'il affectionne et qu'il affectionne et qu'il a traité à plusieurs reprises. Cette toile peut, plus particulièrement, être rapprochée du grand format Paré à embarquer de 1909 des vérotières. Huile sur toile, tant par la présence de l'enfant porté à bras que par la proximité du bateau échoué et que par la présence, à l'arrière-plan, du groupe coloré des vérotières. Huile sur toile - 47 x 39 cm

© Matelote à l’enfant – Eugène T rigoulet (1864-1910).

Bateaux échoué sur la plage – Marius Chambon (1876-1962) – La palette, le coup de brosse et l’ambiance incitent à rapprocher cette toile de l’Attente sur la plage. Aux alentours de 1910, la façon dont Chambon privilégié la couleur en faisant un large appel aux roses et aux bleus n’est pas sans rappeler celle de son aîné Eugène Chigot.

Eugène Boudin Berck le rivage – Musée du Touquet – Huile sur toile

Nocturne, plage de Berck – Arvid Johanson (1862-1923) – Le passage à Berck d’Arvid Johanson, peintre de marine né à Stockholm, est attesté dès 1900 (Le Monde illustré reproduit La dernière tempête à Berck) et en 1904 où il réside rue Aristide Danvin. Johanson a réalisé plusieurs compositions autour des effets d’éclairage sur les bateaux échoués dont une appartient au département du Pas-de-Calais. Huile sur toile.

La même année, Tattegrain représente sa fille Thérèse et la fille du peinytre Fernand Quignon, venue se daire soigner à l’hôpital maritime, dans la même tenue. Les raisons de ce déguisement restent inconnues mais il est possible que le deux jeunes filles ainttrouvé leur costume dans les accessoires de l’atelier. Francis Tattegrain a représenté des sœurs franciscaines à plusieurs reprises et, eu égard à leur réticence à poser a peut-êtrefait appel à des moddèles. Huiles sur panneau.

Marie la Boulonnaise est, dans les années 1900, une figure du commerce local. Elle use de son « exotisme » pour sa communication commerciale, tant au niveau de son enseigne qu’en arborant le costume identitaire correspondant à l’origine revendiquée. La coiffe « soleil », les « dorlots » (grandes boucles d’oreilles en feuille d’or) et la grande chaîne d’or où pendait sûrement la croix boulonnaise sont autant d’éléments qui la distinguent de ses congénères berckoises.

Enseigne A l’vraie mode ed’ Berck – Francis Tattegrain (1852-1915) – Épopuse en secondes noces de Michel Malingre, maire de Berck de 1919 à 1944, Sophie Caffier est une figure du commerce local, installée au 2″ rue Carnot. C’est un peintre parvenu au faîte de sa carrière qui réalise pour cette enseigne, avec la même exigence – comme en témoignent de nombreuses études – que celle dont il fait preuve polur les toiles destinées auxx cimaises les plus officicielles. Cette enseigne rappelle que Tattegrain pratique le picard depuis sa plus tendre enfance.

Charles Roussel (1861-1936) Pêcheuses de crevettes. Les pêcheuses de crevettes font partie des sujets préférés de Charles Roussel qui les représente aussi bien en attente sur le sable qu’en action, comme ici, à l’étale de la marée basse. Au-delà du réalisme des attitudes, la transcription des nuances de lumières et de couleurs est comme souvent chez Roussel, le véritable objet du tableau. Huile sur toile.

Charles Roussel (1861-1936) Pêcheuses de crevettes p

Francis Tattegrain (1852 – 1915), Saison du merlan, le cueillage. Salon des artistes français, 1895. Cette toile a fait l’objet d’un important travail préparatoire, avec des centaines d’études au trait et au moins trois versions préalable pour en arrêter la composition. Fruit de l’expérience personnelle du peintre, elle représente, en matière de marine, la quintessence du naturalisme. Huile sur Toile.

Francis Tattegrain (1852 – 1915), Saison du merlan, le cueillage. Salon des artistes français, 1895. Cette toile a fait l’objet d’un important travail préparatoire, avec des centaines d’études au trait et au moins trois versions préalable pour en arrêter la composition. Fruit de l’expérience personnelle du peintre, elle représente, en matière de marine, la quintessence du naturalisme. Huile sur Toile.

Jan Lavezzari (1876-1947) Remontrée des cordes – Comme Lepic et Tattegrain qui a guidé ses débuts, Jan Lavezzari a acquis auprès des pêcheurs une réelle expérience du large dont il tire ici le meilleur parti. L’allure des bateaux, dont le grand mât a été affalé sur la miche et que contrôlent hommes de barre et marins à l’aviron pendant que le cueilleur remonte la corde, est d’une grande véracité.

Ludovic-Napoléon Lepic (1839-1889) – Le départ, marée haute. Huile sur toile.

Eugène Chigot (1860-1923) – Echouage par gros temps. Présenté au salon de 1892, Échouage par gros temps (Musée de Picardie, Amiens) y impressionne d’autant plus les visiteurs qu’il mesure 6?90 m pour 4 mde hauts !il a fait l’objet de nombreuses répliques dont celle dédicacée à Madame Dumont, visiblement réalisée en fonction de l’emplacement domestique qui lui était dévolu. Il a été également copié par des peintres plus tardifs comme Godard. Huile sur toile.

Émile Devé (1866-?) Préparatifs de pêche

Madame Tattegrain et Robert, à bord d’un bateau berckois

En attendant la marée basse 1909 – Francis Tattegrain (français, 1852 – 1915)

La pêcheuse de crevettes 1891- Auguste Leloir (1809-1892) – Elève de François-Edouard Picot, 3e grand prix de Rome en 1835, médaillé aux salons de 1839 et 1841, Jean Baptiste Auguste Leloir est un peintre académique ayant essentiellement produit des tableaux d’histoire à, sujets religieux ou mythologiques, comme son Homère exposé au musée du Louvre.

Francis Tattegrain (1852-1915) Le pêcheur à la foëne, réplique au frère Goorge. Le poète et sculpteur George Tattegrain (1845-1916) possédait 38 répliques d’œuvres dédicacées par Francis et conservées au musée installé par son petit-fils André (1906-19066) au 74 rue de la Faisanderie à Paris.

Francis Tattegrain (1852-1915) – La galerie des portraits des pensionnaires de l’Asile Maritime de Berck.

Francis Tattegrain (1852-1915) – La galerie des portraits des pensionnaires de l’Asile Maritime de Berck.

Francis Tattegrain (1852-1915) – La galerie des portraits des pensionnaires de l’Asile Maritime de Berck.

Francis Tattegrain (1852-1915) – La galerie des portraits des pensionnaires de l’Asile Maritime de Berck.

Francis Tattegrain (1852-1915) – La galerie des portraits des pensionnaires de l’Asile Maritime de Berck.

 

Il n'y a pas de commentaires